Comment mon patron est devenu mon amant…

Je m’appelle Virginie, j’ai 32 ans et je suis secrétaire depuis 5 ans à Toulon.

Je travaille pour un homme d’une cinquantaine d’années pour une grosse boîte informatique.

Je suis en couple depuis 4 ans avec Antoine qui lui aujourd’hui est au chômage avec des hauts et des bas.

Cette situation commence à peser sur notre couple, notre entente et notre intimité.

J’aime mon copain mais j’avoue que depuis quelques temps je fantasme sur mon patron et que j’imagine des scénarios digne de films x.

En ce moment, je fais attention à mon apparence physique, je suis beaucoup plus sexy quand je pars au travail.

Je pense qu’inconsciemment, j’espère qu’il se passera quelque chose avec mon patron et ce jour là si il doit arriver, je ne serais pas prise au dépourvue, le seul pépin, c’est que ce jour là tombe au moment de mes règles….( n’y pensons pas).

Bref, comme tous les matins, je me prépare dans la salle de bain et quelque chose me disait que c’était aujourd’hui!!!

J’ai enfilé un superbe string noir en dentelle, mes plus beaux bas, mon chemisier rose poudré légèrement transparent sans soutien-gorge. On pouvait deviner mes seins et mes tétons. J’ai passé une jupe noire droite et moulante, mes lunettes, et j’ai attaché mes cheveux longs et bouclés en chignon sexy.

Me voilà partit au boulot avec la ferme intention qu’aujourd’hui était le bon…

J’arrive toujours une vingtaine de minutes avant tout le monde, j’ouvre les stores, j’allume la radio et je bois un café avant d’attaquer ma journée.

Mais mon patron était déjà arrivé. J’ai étais très surprise et déstabilisée.

Je me suis approchée de lui, pour lui dire bonjour, je lui ai demandé si tout allait bien.

Il m’a renvoyée sur les roses pour rester correcte en me criant dessus qu’il s’était disputé avec sa femme hier soir et qu’il était partit très tôt ce matin.

J’étais là devant lui, en essayant de faire mine que j’étais vraiment désolé et que j’espérais que tout rentre dans l’ordre, mais de l’autre côté je jubilais mais je devais être subtile et maline. Je suis repartis à mon bureau, en lui disant que si il avait besoin de quoi que ce soit j’étais là.

Il ne s’est rien passé de la matinée. J’avais du mal à me concentrer, je fantasmais et je commençais à mouiller.

Je suis allais au toilette pour me rafraichir et me calmer un peu, mais impossible j’étais trop excitée, je devais trouver une idée pour me retrouver seule avec lui. C’est à ce moment là que ma collègue m’annonce que toute la boîte part manger à la pizzeria ce midi! Alléluia!!! Il ne fallait pas que je loupe cette opportunité. Ça n’a fait qu’un tour dans mon esprit et je lui ai dit ce sera sans moi je me sens pas très bien.

Midi approchait et comme chaque jours, je donne le carnet de RDV à mon patron avant de partir manger. Il venait de raccrocher le téléphone avec sa femme quand je suis rentré dans son bureau, il avait l’air dépité. Apparemment ça c’était pas arrangé, j’ai pris mon courage à deux mains et je lui ai proposé de manger avec moi dans la salle commune car moi non plus je ne me sentais pas très bien et que tout le monde partait manger à l’extérieur.

A ma grande surprise, mon patron a accepté.

Il m’a rejoint au bout d’un quart d’heure environ, il s’est assis à côté de moi, nous avons mangé ensemble et discuté un peu. Nous avons étaient coupé par un message que sa femme lui avait envoyé et la situation se compliquait, elle parlait de séparation.

Il était dépité, il s’est levait brusquement pour partir et j’ai attrapé sa main en lui demandant de rester calme et prendre du recul par rapport à la situation. Je lui ai conseiller de la laissait se calmer.

Il s’est rassis, il me faisait sincèrement de la peine, il était content que je sois là pour le soutenir. Il m’a racontait ces problèmes de couple et apparemment, ça datait pas d’hier. je lui ai caressait la main et la joue très chaleureusement, il ne m’a pas repoussait, je me suis levé en lui mettant la main sur l’épaule tout en lui parlant pour le réconforter sans jouer à la « spy » non plus.

A ce moment là, il m’a pris par la taille en me remerciant de l’avoir écouté, je ne sais pas ce qu’il m’a traversait par la tête mais au moment où il a posé sa main sur ma taille tout est allait très vite!

J’ai décalé sa chaise, je me suis assis sur la table en face de lui, j ai enlacé mes pieds autour de sa taille, je l’ai embrassé comme jamais, j’avais embrassé un homme avec fougue, passion, une envie terrible de me faire prendre par cet homme que je trouvait tellement vulnérable. Il ne m’a pas repoussé, il m’a embrassé également, il s’est mis à déboutonner mon chemisier et libéré par la même occasion ma poitrine, il m’a caressé et léché les seins avec une vivacité impressionnante puis il m’a basculé sur la table m’a retiré mon string et sa langue est venue me lécher les lèvres, j’étais au paradis moi qui avait imaginé des dizaines de scénarios, celui là était bien réel et qu’est-ce que c’était bon!

Après un cunnilingus très profond et très chaud, je me suis relevé, j’avais envie de le sucer. J’ai sorti son pénis de son caleçon et je l’ai sucé comme une vraie cochonne gloutonne. Son pénis si dur et gonflé me remplissais entièrement la bouche, je passait ma langue sur le bout de son gland délicatement puis je lui rebouffait sauvagement sa queue toute entière, il en pouvait plus je le sentais bien. Il m’a soulevait et plaquait à plat ventre sur la table et il s’est introduit en moi violemment et à chaque coup de bite qu’il me donnait il me serrait avec fermeté la poitrine, il m’a baisait au plus profond de moi pendant de longues minutes puis au moment où il avait envie d’éjaculer il s’est retiré de moi pour me jouir dans la bouche, j’ai avalé jusqu’à la dernière goutte le sperme de mon patron.

Ce fut un vrai bonheur, d’une telle intensité je n’est pas étais déçue. Après cela, nous sommes allés dans les toilettes pour nous nettoyer et nous rhabiller, nous nous sommes de nouveau embrassés et nous sommes retournés à nos bureaux respectifs.

Nous n’avons jamais raconté notre histoire, mais depuis, dès que nous en avons l’occasion, nous remettons ça dans cette même salle commune ou directement dans son bureau et nous baisons toujours autant avec la même intensité et passion.

Lui, depuis s’est séparé de sa femme et moi je suis toujours avec Antoine mon copain, il ignore tout de cette double vie sexuelle que j’entretiens avec mon patron et c’est très bien comme ça, pour le bien de tous.

Voilà mon histoire, j’espère qu’elle vous a plu, je vous l’ai raconté comme moi je l’ai vécue en tous cas…

Biz à tous, Virginie

 

 

 

 

 

Notre premier triolisme pour notre anniversaire de mariage

Je vais vous raconter la surprise que ma femme m’a faite pour notre anniversaire de mariage…

Nous sommes un couple mariée depuis de nombreuses années, ma femme Carole est une belle femme de 39 ans, blonde, 1m69 avec une poitrine plutôt généreuse, le minou toujours bien épilé et aimant porter de la lingerie sexy pour mon plus grand plaisir.

Moi, je m’appelle Christophe, j’ai 43 ans, sportif, endurant et plutôt bien monté.

Carole et moi sommes un couple coquin aimant le sexe, les histoires coquines, faire des photos chaudes dans des endroits insolites mais toujours de façon discrète.

Nous sommes très complices et nous parlons souvent de nos désirs et fantasmes réciproques.

Et nous en avons un en commun, celui de faire l’amour à trois avec une femme bisexuelle. Comme très souvent nous lisons ensemble les petites annonces coquines dans certains magazines x mais sans jamais oser y répondre jusqu’à ce jour là…

Une femme avait posé une annonce du style:

« Jolie femme 35 ans, discrète, douce, cherche couple pour première exp à 3 pour relation coquine et respectueuse. »

Après avoir longuement discuté par e-mail avec cette femme et échangé différentes photos, nous nous sommes donné RDV à la maison pour un ptit apéro dinatoire.

Carole nous avez préparé plein de petites choses sympas à grignoter et le champagne rosé était au frais.

Nous avions choisis sa lingerie et la tenue que Carole porterait pour ce fameux soir.

Ce serait un ensemble sexy avec bas, porte-jarretelles, escarpins noirs, une jupe assez moulante et un corsage décolleté qui met bien sa poitrine en valeur.

Nous y voilà à ce fameux soir!!!

Plus les minutes approchées, et plus nous étions anxieux et en même temps impatients de la rencontrer.

Ma femme commençait à allumer les bougies quand la sonnette a retentit.

Nous nous sommes regardés puis après une grande inspiration nous avons ouvert la porte.

Elle était là devant le perron de la porte, très souriante, très élégante, elle est entrée, nous nous sommes embrassés très chaleureusement, puis nous nous sommes dirigés vers le salon.

J’ai servi le champagne, nous avons trinqué à notre rencontre et à cette soirée qui s’annonçait prometteuse et très coquine.

Après quelques coupes de champagnes, nous étions tous les trois plus détendus et à l’aise et nous nous sommes rapprochés sur le canapé.

A ma grande surprise, c’est ma femme qui a lancé les hostilités si je peux le dire ainsi.

Carole l’a embrassée chaudement et sa main se baladait sur les cuisses de notre invitée jusqu’à remonter doucement à son entre-cuisses et effleurer son minou.

Le spectacle était si beau que je n’ai pas pu rester insensible, mon pénis commençait à se sentir à l’étroit dans mon jeans et la chaleur commençait à se faire sentir dans la pièce.

Nous nous sommes dirigés tous les trois dans notre chambre à coucher, ma femme a enlevé mon jeans, Victoria a déboutonné le corsage de ma femme et lui a léché et embrassé la poitrine en lui titillant du bout du doigt son petit abricot perlant de mouille.

Carole s’est installée à quatre pattes sur notre lit pour me sucer la bite pendant que Victoria lui dégustait la chatte avec intensité.

Après quelques minutes c’est Victoria qui m’a complètement bouffé le gland pendant que ma femme a goûté à son tour, sa belle fente humide.

Puis Carole m’a fait signe d’enfiler une capote pour pénétrer Victoria en levrette, ma femme a profité de cette superbe vue sur son cul,  pour lui lécher l’anus et lui doigter la rondelle qui ne demandait qu’à être perforée.

Pour tout vous dire c’était la première fois que je baisais une autre femme depuis que je suis marié.

Mais vivre cette expérience avec ma femme c’était une tout autre dimension, c’était si bon, si chaud, si intense que nous avons enchaînés plusieurs positions et différents changements pour que nous puissions tous profiter de plaisirs charnels et de complicité coquine, jusqu’au moment où j’ai senti la sève monter dans mon manche et où j’ai pu éjaculer tout mon plaisir dans les  belles bouches de mes deux coquines.

Ce fut une soirée, une rencontre et une nuit mémorable pour nous trois et nous nous sommes revus six ou sept fois, après soirée,  toujours avec la même intensité, jusqu’au jour où Victoria a déménagé à plus de 700 kilomètres pour notre plus grand regret, mais nous gardons forcement de bons souvenirs.

Cette expérience nous a rapproché, nous sommes toujours aussi complice et coquin. Nous aimerions rencontrer à nouveau, une autre Victoria, mais nous nous laissons le temps de trouver « la bonne » personne.

Peut-être qu’un jour, nous ferons votre connaissance qui c’est…

Carole et Christophe.

 

 

 

 

Notre histoire d’amour a commencée chez les culs nus!!!

Un pote m’a invité cet été à passer quelques jours dans la maison de ses parents en Ardèche.

Nous étions célibataires depuis quelques temps, et nous étions bien décidés à profiter de ces quelques jours.

Après une visite rapide de la maison, nous nous sommes installés près de la piscine pour boire quelques bières et mon pote Fabien m’annonce qu’à quelques kilomètre de là, se trouvait une zone naturiste réputée assez chaude.

Nous voilà partis mater quelques culs chez les culs nus!

Ni lui, ni moi étions habitués à se foutre à poils en public, nous étions un peu gênés au départ à rester à poils comme deux cons sur nos serviettes; donc nous sommes allés direct à l’eau pour nous habituer à la nudité.

Nous nagions au milieu des culs nus, quand Fabien s’est éloigné un peu et du coup je me suis retrouvé seul à côté d’une superbe brune faisant la planche devant moi.

Elle était visiblement plus détendue et à l’aise que moi, elle fermait les yeux et son corps flottait juste sous mes yeux, ses seins étaient hors de l’eau, elle avait les tétons bien dressés et sa foufoune bien taillée.

Je la dévorait des yeux, n’osant pas bougeait.

Mais tout à coup sa tête a butté contre mon torse et elle a ouvert les yeux, elle s’est mise debout en s’excusant avec un sourire très chaleureux, puis elle a engagée la conversation en me demandant si j’étais du coin, si j’étais seul et si j’étais un habitué des plages naturistes. Je lui ai répondit qu’en effet c’était la première fois et que j’étais pas vraiment à l’aise.

Elle rigola et me proposa de la rejoindre près de sa serviette.

Je me retourna pour avertir Fabien mais apparemment il était également entre debonnes mains!

Donc, c’est comme ça que j’ai rencontré Élisa, j’étais excité car elle était tout simplement sublime et savait me mettre à l’aise, c’est comme si nous nous connaissions depuis longtemps.

Elle m’a demandé de lui passer de la crème dans le dos, un grand classique certes mais quand vous êtes à poils il y a des choses que vous ne pouvez pas cacher si vous voyez ce que je veux dire…

Alors que je me concentrait pour lui passer de la crème sur le dos, les épaules et me dit:  » Passes aussi sur mes fesses, se serait con que j’attrape un coup de soleil sur le cul ».

Une immense chaleur m’a envahi. J’étais là à découvert entrain de masser un superbe cul quand ce qui devait arriver, arriva. Popol s’est mit direct au garde-a-vous.

J’étais tellement gêné, Qu’Élisa a senti que mes mains se crisper.

Elle s’est retournée, a regardé coquinement mon engin gorgé de sang et gonflé à bloc et l’a effleuré de sa main.

Je ne savais plus où me mettre et Élisa m’a demandait si je voulais la rejoindre dans un petit coin à l’abri des regards pour poursuivre tout cela.

Elle m’a embrassée torridement, s’est levée en prenant sa serviette et s’est éloignée dans les dunes.

J’ai attendu quelques minutes que ma gaule passe puis je me suis empressé de la rejoindre.

Nous nous sommes embrassés très chaudement, nous nous sommes caressés et c’est là que j’ai constaté que son petit abricot était trempé, je lui ai enfoncé quelques doigts bien au fond de sa chatte, elle gémissait et perlait sous mes doigts et de mon autre main je lui maintenait la tête en arrière en lui fourrant ma langue dans sa bouche.

Puis Elisa avait une forte envie de prendre en bouche mon phallus.

Elle m’a littéralement bouffé et aspiré la bite tout en me caressant les couilles.

Après une pipe mémorable, je l’ai retournée contre un arbre et je l’ai enfilée vigoureusement.

C’était comme si on étaient seuls au monde, Élisa poussait des cris de plaisir et plus elle criait, plus je l’a pénétrait en profondeur de plus en plus fort.

Puis elle a voulue qu’on change de position, elle a étendue sa serviette par terre et  s’est mise à quatre pattes.

J’ai de nouveau baisé sa chatte tout en lui titillant son petit trou qui ne demandait qu’à être perforé. Alors que je m’apprêtais à l’enculer comme un chienne, un autre couple s’approchait dangereusement et nous avons finit plus vite que prévu. Je me suis retiré de sa chatte et j’ai éjaculé de bonheur le long de sa belle raie de fesse.

Nous nous sommes embrassés et nous nous sommes dirigés rapidement vers la plage pour nous jeter à l’eau et se rafraichir et se nettoyer un peu.

Fabien nous a rejoins avec deux nanas qui apparemment le courant passaient bien entre eux et nous les avons invités à la villa.

J’ai pu dans la soirée enculer ma belle Élisa; pendant que Fabien s’amusait de son côté avec ses deux coquines pas prudes pour un sous.

Inutile de vous dire que se fût de loin mes meilleures vacances, je suis resté en contact avec Élisa de nombreux mois jusqu’à ce qu’elle me rejoigne chez moi et depuis nous avons emménager ensemble…

 

 

 

 

 

 

Coup double à la piscine

Coucou à tous, je m’appelle Matthias j’ai 28 ans et je vais vous raconter une expérience que je n’oublierais jamais.

J’avais tout juste 22 ans et j’avais décidé de passer l’après-midi à la piscine pour mater de la meuf…

J’ai toujours était porté sur le cul et cela faisait un moment que je n’avais pas tiré ma crampe dans une bonne chatte!

Je n’allais pas être déçu de ma journée, les gars!

Après quelques aller retour de brasse, je me suis installé dans un transat pour mater les nanas présentes.

Mais a part des mères, des vieilles et des familles avec des gamins rien d’intéressant jusqu’à ce que deux nanas fasses leur rentrée.

Une belle blonde accompagnée de sa copine pas mal du tout non plus.

Elles sont rentrées dans l’eau, elles ont nagées ensembles en rigolant elles étaient très proches , elles chahutaient en s’effleurant les seins et les fesses dans le jacuzzi.

Je matais ces deux gonzesses de mon transat et je me suis décidé l’air de rien à les rejoindre.

Je me suis assis entre elles deux et j’ai ouvert mes bras pour les enlacer.

Elles étaient loin d’être farouches.

Nous avons discuté, elles étaient très coquines et assez joueuses, elles faisant styles de me frôler le pénis l’air de rien.

L’après-midi promettais d’être chaude bouillante.

Étant donné que nous étions tous les trois sur la même longueur d’ondes, nous nous sommes dirigés dans les vestiaires pour handicapés pour avoir plus de place.

Ces deux coquines ont très rapidement commencées par me chauffer en s’embrassant entre elles, et elles ont dégrafés le haut de leurs maillots de bain en ricanant tout en me matant.

Je me suis avancée vers l’une d’entre elle pour l’embrasser et j’ai commençait par la tripoter, elle s’est retournée vers sa copine pou lui passer la main dans la culotte, moi j’étais derrière elle à lui peloter ses beaux nichons e la doigter par la même occasion comme un vrai obsédé.

Puis ces deux coquines se sont retournées vers moi pour m’enlever mon caleçon et là j’ai eu le droit à une pipe mémorable à deux bouches, elles m’ont littéralement bouffer le gland et les couilles avec un grand entrain.

Puis l’une d’entre elle s’est allongée sur le dos, les cuisses grandes ouvertes pour se faire lécher le bonbon, ce que sa copine a fait sans se faire prier.

Moi, je me suis installé derrière l’autre et j’ai pénétré sa jolie grotte rose, chaude et tout humide en levrette en l’a maintenant fortement par la taille pendant qu’elle bouffait la chatte de sa copine gémissante.

Puis j’ai fini après quelques minutes en éjaculant sur les fesses bien fermes de cette bonasse.

J’ai renfilé mon maillot de bain, j’ai pris une douche pour me remettre de mes émotions en fixant la porte des vestiaires, je ne les aies pas vues ressortir,  je pense qu’elles ont continuées à se bouffer et doigter le clito et moi je suis partis les couilles bien plus légères et la tête plein de souvenirs.

Cela fait 6 ans, et il m’arrive encore de penser à ces deux coquines et de me masturber en me repassant cette scène si bonne.

Est-ce qu’elles se souviennent de moi???

En tous cas, si elles lisent mon histoire, j’en profite pour les embrasser très coquinement…

Matthias.

 

 

 

Le ramoneur des Landes

Bonjour à tous, je vais vous raconter mon histoire, je vais essayer de faire court et rapide.

Je m’appelle Michel, j’habite dans les Landes, j’ai 36 ans et je suis ramoneur.

Un jour mon patron m’envoie établir un devis chez une personne.

J’arrive chez cette personne, je sonne, je me présente et je lui dit comme convenue je viens réaliser un devis pour un éventuel ramonage.

C’était une jeune veuve qui venait de perdre son mari à la suite d’une maladie, elle devait avoir 40 ans tout au plus, elle était très chaleureuse, plutôt tactile et habillée plutôt légèrement. Elle m’a proposé un café, j’ai accepté puis elle s’est dirigé dans la cuisine.

Alors, que je regardais l’intérieur de la cheminée elle est revenue vers moi, avec le café dans les mains. Mais visiblement, elle avait renversé du café sur son tee-shirt et elle ne portait  forcément pas de soutif ( je vous laisse imaginer la scène) on pouvait très nettement deviner ses seins ce qu’il n’avait l’air de ne pas la déranger.

Je me suis retrouvé comme un con à regarder sa poitrine.

Elle m’a tendu le café, m’a souri et m’a dit je reviens de suite je vais enfiler une tenue plus convenable.

J’ai hoché de la tête et j’ai continué tant bien que mal à faire le tour de la cheminée et faire ce foutue de devis.

Une fois terminé, ma cliente n’étant toujours pas revenue, je l’ai appelé et du bout de la maison je l’ai entendu, elle avait un soucis et je devais venir l’aider.

Ok, j’ai traversé son long couloir jusqu’au moment où je suis arrivait devant sa porte de chambre. Et bien vous n’êtes pas obligé de me croire, mais cette femme m’attendait complétement à poil sur son lit. ( Je vous jures!)

J’étais médusé complétement bloqué.

Elle m’a dit et bien approches toi et établis moi un devis pour ramoner ma cheminée.

!!!!!!!!!…….

C’était bien la première fois qu’en 10 ans de métier que celle-ci on me la faisait.

Je vous avoue que j’ai réfléchi 2 min et au final j’ai baisé ou plutôt ramoner cette salope en 7 ou 8 minutes et je suis repartis aussi vite que j’étais arrivé.

J’ai quand même déposé en partant mon devis sur la table pour sa cheminée, mais à ce jour je n’ai pas eu de nouvelles…

A t-elle fait le même coup à d’autres? Vas savoir!

Enfin, voilà mon histoire un truc de dingue!!!